"Coups de Coeurs"   Un Poème, Un rêve ... Index du Forum "Coups de Coeurs" Un Poème, Un rêve ...
"Coups de Coeurs" Un Poème, Un rêve ... Parlons, écrivons, rêvons ...Poème ou lettre d'amour, publiez vos plus belles déclarations
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 Bienvenue sur le Forum coups de coeurs 

    
"Les Coups de Cœurs" Un Poème, Un rêve ...                
Que vous soyez simple lecteur, poète amateur ou confirmé, venez nous rejoindre une ambiance conviviale !                   
L’écriture est pour vous une seconde respiration et passion                   
Le forum coups de cœurs répondra donc à vos besoins en partageant vos œuvres, en rencontrant d’autres auteurs qui comme vous ont une passion commune.  
          
je vous souhaite à tous une très belle année 2014. Une année qui, nous l'espérons de tout cœur, soit synonyme de santé.
Amitié Max.

www.relaisdesreves.fr
          
Proverbes africains

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    "Coups de Coeurs" Un Poème, Un rêve ... Index du Forum -> Proverbes -> Le Forum des Proverbes d'Amour
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
lerelaisdesreves
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 02 Aoû 2007
Messages: 50
Localisation: Saint-Quentin

MessagePosté le: Sam 18 Aoû - 14:31 (2007)    Sujet du message: Proverbes africains Répondre en citant

Plus de 200 proverbes en provenance d'Afrique, classés par région ou ethnie, paroles de bon sens, de sagesse, d'humour, de finesse... bref, un vrai régal ! 

 

Afrique Sub-saharienne

Au bout de la patience, il y a le ciel.
Au chef, il faut des hommes et aux hommes, un chef.
Aussi longtemps que les lions n'auront pas leur historien, les récits de chasse tourneront toujours à la gloire du chasseur.
Celui qui doit vivre survit même si tu l'écrases dans un mortier.
Celui qui est impatient d'avoir un enfant épousera une femme enceinte.
Celui qui rame dans le sens du courant fait rire les crocodiles.
Celui qui t'empêche de te battre, donne-lui une récompense.
Ce qui est plus fort que l'éléphant, c'est la brousse.
Ce sont ceux qui ont peu de larmes qui pleurent vite le défunt.
C'est au bout de la vieille corde qu'on tisse la nouvelle.
C'est celui dont tu as soigné l'impuissance qui te prend ta femme.
C'est celui qui n'a jamais exercé qui trouve que le pouvoir n'est pas plaisant.
C'est en essayant encore et encore que le singe apprend à bondir.
C'est souvent l'homme pour qui tu es allé puiser l'eau dans la rivière qui a excité le léopard contre toi.
Chaque marigot a son crocodile.
Dans un pouvoir despotique, la main lie le pied ; dans une démocratie, c'est le pied qui lie la main.
Homme, bois de l'eau pour te rendre beau. Gave-toi de soleil pour te rendre fort. Et regarde le ciel pour devenir grand.
Il n'y a pas de mauvais roi mais de mauvais courtisans.
Il n'y a pas de plus grand bonheur que la venue d'un hôte dans la paix et l'amitié.
Il n'y a pas qu'un jour, demain aussi le soleil brillera.
Jette un os au chien méchant pour l'empêcher de te mordre.
La buse qui plane ne se doute pas que ceux qui sont en bas devinent ses intentions.
La chèvre morte est un malheur pour le propriétaire de la chèvre ; mais que la tête de la chèvre soit mise dans la marmite n'est un malheur que pour la chèvre elle-même.
La civette dépose ses ordures, à la source où elle a bu.
La femme est la ceinture qui tient le pantalon de l'homme.
La langue qui fourche fait plus de mal que le pied qui trébuche.
La mort engloutit l'homme, elle n'engloutit pas son nom et sa réputation.
La mort est l'aînée, la vie sa cadette ; nous, humains, avons tort d'opposer la mort à la vie.
La mort est un vêtement que tout le monde portera.
La mort moud sans faire bouillir l'eau.
La nuit dure longtemps mais le jour finit par arriver.
Là où on s'aime, il ne fait jamais nuit.
La persévérance est un talisman pour la vie.
La plume de l'oiseau s'envole en l'air mais elle termine à terre.
La Terre n'a qu'un Soleil.
La vache qui reste longtemps en place, s'éloigne avec une fléchette.
Le cadavre d'un oiseau ne pourrit pas en l'air mais à terre.
Le chien a beau avoir quatre pattes, il ne peut emprunter deux chemins à la fois.
Le ciel n'a pas deux soleils, le peuple n'a pas deux souverains.
Le coassement des grenouilles n'empêche pas l'éléphant de boire.
Le cri de détresse d'un seul gouverné ne vient pas à bout du tambour.
Le destin souffle sans soufflet de forge.
Le feu qui te brûlera, c'est celui auquel tu te chauffes.
Le jour éloigné existe mais celui qui ne viendra pas n'existe pas.
L'éléphant meurt, mais ses défenses demeurent.
Le lieu où on attend la mort n'a pas besoin d'être vaste.
Le mensonge donne des fleurs mais pas de fruits.
Le monde aura beau changer, les chats ne pondront pas.
Le palétuvier d'eau douce danse mal parce qu'il a de trop nombreuses racines.
L'erreur n'annule pas la valeur de l'effort accompli.
Les bonheurs n'ont pas de campements rapprochés.
Les condoléances ne ressuscitent pas le défunt mais elles entretiennent la confiance entre ceux qui restent.
Le singe n'abandonne pas sa queue, qu'il tient soit de son père, soit de sa mère.
Le singe ne voit pas la bosse qu'il a sur le front.
Les marques du fouet disparaissent, la trace des injures, jamais.
L'espoir est le pilier du monde.
Le veau ne perd pas sa mère même dans l'obscurité.
Le vieil éléphant sait où trouver de l'eau.
L'herbe ne pousse jamais sur la route où tout le monde passe.
L'oeuf ne danse pas avec la pierre.
L'oiseau qui chante ne sait pas faire son nid.
Lorsque tu ne sais pas où tu vas, regarde d'où tu viens.
Marche en avant de toi-même, comme le chameau qui guide la caravane.
Mouche du roi est roi.
Ne pile pas ton mil avec une banane mûre.
On dit que la mort est préférable à la honte, mais il faut rapidement ajouter que si la honte porte des fruits, la mort n'en porte pas.
On est plus le fils de son époque que le fils de son père.
On ne met pas les vaches dans tous les parcs que l'esprit construit.
On ne prend pas un hippopotame avec un hameçon.
On n'oublie pas l'arbuste derrière lequel on s'est caché quand on a tiré sur un éléphant et qu'on l'a touché.
On tarde à grandir, on ne tarde pas à mourir.
Pour qu'un enfant grandisse, il faut tout un village.
Quand deux esclaves se rencontrent, ils disent du mal de la liberté.
Quand la force occupe le chemin, le faible entre dans la brousse avec son bon droit.
Quand l'éléphant trébuche, ce sont les fourmis qui en pâtissent.
Quand les poules de la basse-cour deviennent trop nombreuses autour du mortier et harcèlent les pileuses, celles-ci suspendent leur action.
Quand on se couche à deux, on se réveille à trois.
Quand un arbre tombe, on l'entend ; quand la forêt pousse, pas un bruit.
Quand un homme, la corde au cou, passe près d'un homme tué, il change de démarche et rend grâce à Allah du sort que le Tout-Puissant lui a réservé.
Que celui qui n'a pas traversé ne se moque pas de celui qui s'est noyé.
Que personne ne se hâte de voir le jour où tous ses parents et leurs familles feront un éloge.
Qui est souvent à la cour du roi, finit toujours par trahir ses amis.
Qui va loin revient près...
Qui vit longtemps voit la danse de la colombe.
Si en te baignant tu as échappé au crocodile, prends garde au léopard sur la berge.
Si haut que parvienne une chose lancée, c'est à terre qu'elle retourne.
Si la petite souris abandonne le sentier de ses pères, les pointes de chiendent lui crèvent les yeux.
Si le crocodile achète un pantalon, c'est qu'il a trouvé où mettre sa queue.
Si le puissant mange un caméléon, on dit que c'est pour se soigner, c'est un médicament. Si le pauvre en mange, on l'accuse de gourmandise.
Si le rat a mis une culotte, ce sont les chats qui l'ôtent.
Si tu portes un vieillard depuis l'aube et que le soir tu le traînes, il ne se souvient que d'avoir été traîné.
Si tu supportes la fumée, tu te réchaufferas avec la braise.
Si tu vois une chèvre dans le repaire d'un lion, aie peur d'elle.
Si un animal vous dit qu'il peut parler, il ment probablement.
Si un petit arbre est sorti de terre sous un baobab, il meurt arbrisseau.
Sur quelque arbre que ton père soit monté, si tu ne peux grimper, mets au moins la main sur le tronc.
Tous les blancs ont une montre, mais ils n'ont jamais le temps.
Toute flèche dont tu sais qu'elle ne te manquera pas : fais seulement saillir ton ventre pour qu'elle y frappe en plein.
Un acacia ne tombe pas à la volonté d'une chèvre maigre qui convoite ses fruits.
Une calebasse pleine de lait s'eloigne toujours de la bagarre entre gourdins.
Un énorme éléphant n'a pas toujours d'énormes défenses.
Une petite colline te fait arriver à une grande.
Une pirogue n'est jamais trop grande pour chavirer.
Un seul chagrin ne déchire pas le ventre en une seule fois.
Un veillard qui meurt, c'est comme une bibliothèque qui brûle.

Bambara

Ce n'est pas la bouche, mais le pied qui trace le sentier de la parenté.
C'est celui qui a du lait qui peut faire la crème.
Chaque filet d'eau a son chemin.
La belle femme est celle qui a un enfant sur le dos.
La feuille ne pourrit pas le jour de sa chute dans l'eau.
Le monde est un pot à eau, quand on a bu, on le passe à autrui pour qu'il boive aussi.
L'enfant aime la liberté, il en est la première victime.
Lorsque la tête du serpent est coupée, le reste n'est qu'une corde.
On ne jette pas le poisson qu'on a dans la main pour prendre celui qu'on a sous le pied.
Quand le tonnerre gronde, chacun pose sa main sur sa tête.
Si Dieu tue un riche, il tue son ami ; s'il tue un pauvre, il tue une canaille.
Si nombreux que soient les travaux finis, ceux qui restent à faire sont plus nombreux.
Tes fautes anciennes te nuisent en justice.
Tout a une fin, sauf la banane qui en a deux.
Toute mère est un fleuve.
Tout vieux héros finit par décortiquer l'arachide de sa femme.
Un homme meurt sans causer au monde aucun dommage.

Bamiléké

Dieu n'a fait qu'ébaucher l'homme, c'est sur terre que chacun se crée.

Haoussa

La parenté est comme un manteau d'épines.
L'eau chaude n'oublie pas qu'elle a été froide.
Le meilleur ail ne remplace pas l'oignon.
L'homme est comme le poivre, tu ne le connais pas avant de l'avoir mâché.
Quand tu manges un gâteau rond, commences-tu par le centre ?
Qui écoute les donneurs d'avis suit le vent à la trace.

Nigritien

Celui qui a un maître n'est pas maître de ce qu'il porte sur le dos.
Celui qui a vécu sans qu'on s'en aperçoive, s'il meurt, on ne s'en apercevra pas.
Ce n'est pas à toute oreille percée que l'on met des anneaux d'or.
C'est quand le chat est repu qu'il dit que le derrière de la souris pue.
La femme est une eau fraîche qui tue, une eau profonde qui noie.
La méchanceté est un lion qui commence par bondir d'abord sur son maître.
La querelle entre parents fume et ne flambe pas.
Le léopard ne se déplace pas sans ses taches.
Le lion en chasse pour tuer ne rugit pas.
Le sorcier tue, mais n'hérite jamais.
L'homme patient parvient à faire cuire une pierre jusqu'à ce qu'il la boive en bouillon.
L'union dans le troupeau oblige le lion à se coucher avec la faim.
Quand on fait rôtir une pintade, la perdrix a la migraine.
Si de la main droite tu fouettes l'enfant, de la main gauche tu le presses sur ton coeur.

Bantou

La mère est celle qui prend le couteau par la lame.
Le borgne n'a qu'un oeil, mais il pleure quand même.
L'héritier du léopard hérite aussi de ses tâches.
Ne brandis pas dans l'air le serpent que tu as tué, les autres serpents te guettent.
Quand on a mangé salé, on ne peut plus manger sans sel.

Zoulou

Avancer, c'est mourir ; reculer, c'est mourir ; donc vaut mieux avancer et mourir.
Il faut façonner l'argile pendant qu'elle est molle.
Le fou est l'échelle du sage.
Le putois ne sait pas qu'il pue.

Touareg

Au bout de la corde, la tente ; au bout de l'homme, la trace.
Bouche de miel, coeur de fiel.
C'est pendant que le vieux seau est encore là qu'il faut en fabriquer un neuf.
En quelque pays que tu entres, conforme-toi à ses moeurs.
Fais de ta plainte un chant d'amour pour ne plus savoir que tu souffres.
Les années ne peuvent se cacher dans un sac.
Les chameaux ne se moquent pas réciproquement de leurs bosses.
L'homme a inventé la montre, mais Dieu a inventé le temps.
L'oeil ne voit pas ce qui le crève.
Mieux vaut marcher sans savoir où aller que rester assis sans rien faire.
Mieux vaut passer la nuit dans l'irritation de l'offense que dans le repentir de la vengeance.
Mieux vaut se briser la jambe que briser sa parole.
Ne te lasse pas de crier ta joie d'être en vie et tu n'entendras plus d'autres cris.
Que celui qui réside fasse en sorte que celui qui passe ne le mésestime pas.
Qui fait ce que son père n'a pas fait verra ce que son père n'a pas vu.

Berbère

Celui que le serpent a piqué prend peur d'une simple corde.
Celui qui a levé la main, c'est comme s'il avait frappé.
Celui qui passe la nuit dans la mare se réveille cousin des grenouilles.
Celui qui possède un métier est comme celui qui possède un château-fort.
Ce qui est dans la parole est dans le silence.
La honte court comme le feu.
L'arbre suit sa racine.
Le présomptueux devient raisin sec avant d'avoir été raisin mûr.
Les dents ont beau rire, le coeur sait la blessure qu'il porte.
Les paroles les plus douces ont moins de prise sur les femmes que les bijoux silencieux.
Les soucis enlaidissent, c'est la joie qui fait fleurir.
Les voiles des coeurs sont déchirés quand les coeurs se regardent en face.
Qui se blesse soi-même ne se manque jamais.
Si la chance veut venir à toi, tu la conduiras avec un cheveu ; mais si la chance veut partir, elle rompra une chaîne.
Si tu as de nombreuses richesses donne ton bien ; si tu possèdes peu, donne ton coeur.
Une belle fille est comme une aiguillée de soie.

Kabyle

Fais ce que ton voisin fait, ou déplace l'entrée de ta maison.
La femme se débat comme la mouche dans le petit-lait, personne ne la voit.
La figue ne tombe jamais en plein dans la bouche.
"Mon Dieu, mon Dieu" sur la langue... et un poignard dans son sein.
Qui n'est pas utile à soi-même ne peut être utile à ses amis et ses proches.
Si tu rencontres deux êtres qui vivent en harmonie, sois sûr que l'un d'eux est bon.
Vouloir arriver, c'est avoir fait la moitié du chemin.
Un âne, restera toujours un âne, même si on lui a coupé les oreilles.
 
 

_________________
Écoute et perçoit ce message comme une étincelle d 'espoir.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Sam 18 Aoû - 14:31 (2007)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    "Coups de Coeurs" Un Poème, Un rêve ... Index du Forum -> Proverbes -> Le Forum des Proverbes d'Amour Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2016 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com